Semaine 2 - Entretiens chez ARUP et DONNELLEY SIMPSON CLEARLY

l
24/04/2008 - Pays : Australie - Imprimer ce message Syndication :

Bon, vous aurez remarqué que j’accuse une bonne semaine de retard dans mes posts, et cela commence à faire un sacré décalage par rapport à aujourd’hui, surtout qu’il y a beaucoup de nouveautés !! Je vous envoie donc des nouvelles toutes fraiches…

En tout cas je vous remercie tous pour vos commentaires et mini messages, cela me fait énormément plaisir de savoir que vous suivez mon parcours en Australie ! Et ca me donne encore plus de courage pour continuer. Merci à tous !!

Dorénavant, pour éviter trop de retard, je tacherai de vous relater l’essentiel de mes activités en détaillant seulement les moments que je jugerai plus importants. Enfin je dis ca mais quand je commence je n’arrive plus à m’arrêter…

 

Bon quoi de neuf depuis les Blues mountains? Et bien lundi dernier j’ai eu la chance de recevoir un coup de fil de Sarah Moyles, la fille de Mickael Page International qui s’est occupé de mon dossier. Elle m’a fièrement annoncé que trois entreprises étaient intéressées par mon profil. Génial ! Elle m’avait donc programmé trois entretiens pour cette semaine ! Sur mon emploi du temps totalement vide venait d’être ajouté trois rendez vous pour des entretiens de mardi, de mercredi et de jeudi. De quoi m’occuper. Sarah m’a fait comprendre qu’un ensemble costume cravate augmenterait considérablement mes chances de réussite. Elle devait probablement craindre que je me pointe en jean et basket. Aïe !! Le costard rangé dans mon armoire ne m’avait pas paru indispensable pour un voyage d’un an. Ne paniquons pas, je vais bien trouver ca ! Le lundi après midi, je me suis baladé en ville avec un français très sympa, Jean Baptiste ou JB, qui n’est resté que deux jours à Sydney avant de partir pour la Thaïlande. Il continuait son tour du monde après trois mois en Californie et un mois et demi de road trip sur la cote ouest australienne.

Ma mission était donc de trouver une cravate et une chemise digne d’un homme d’affaire anglais et couper mes tifs. J’étais fier d’avoir réussi à dénicher sur Georges Street un coiffeur qui prenait pour la somme imbattable de 10$, (soit 6€). JB m’y a suivi car il avait aussi besoin d’une coupe. Bon… je faisais bien moins le malin en assistant au massacre que la jeune punk entreprenait en lançant sur mes cheveux de majestueux coups de ciseaux parfaitement au hasard, tout en mâchant négligemment son chewing gum. Vite fait bien fait, en dix minutes c’était torché ! Finalement le résultat n’était pas si mal, à croire que les coiffeurs professionnels prennent leur temps et y mette la manière dans le seul but de justifier leur prix que j’ai toujours trouvé scandaleusement élevés. Ensuite je suis allé dans un magasin discount où j’ai trouvé une chemise banche avec une cravate pour seulement 12,95$ !! Une vraie affaire ! Cédric pouvait me prêter un pantalon avec une ceinture et une paire de chaussures noires. J’étais paré pour l’entretien ! Tant pis pour la veste je ferais sans. Le soir Sarah m’a rappelé pour me dire que l’entretien de mardi était annulé, dommage, il me restait tout de même deux entretiens.

Mardi

Une fois n’est pas coutume, j’ai passé mon mardi à travailler pour mes entretiens. J’ai navigué sur les sites internet des deux entreprises, ARUP et Donnelley Simpson Clearly. (http://www.arup.com/australasia/ et http://www.dsc.com.au/ )

La première est une boite d’ingénierie anglaise, fondée par un danois, de dimension internationale. Ils sont présents au Royaume Uni, aux USA, en Asie et en Australie. C’est une entreprise de consulting en ingénierie qui fournit des hautes compétences sur tous les corps de métier, depuis l’électricité, la structure, l’acoustique, la climatisation jusqu’à la conduite de projet. Ils travaillent avec les plus grand architectes mondiaux, ce qui leur permet d’être présents sur des projets d’envergure comme le stade olympique de Pékin, ou le `nid d`oiseau` concu par les architectes suisses Herzog & Demeuron, le centre georges pompidou a Paris, la gherk tower, la tour en forme de cornichon à Londres, l’Opéra House de Sydney, et de nombreux autres grands ouvrages d’arts. La seconde boite est d’une dimension bien plus modeste. Elle est très similaire à GESYS, tant en taille qu’au niveau des prestations fournies, puisqu’ils ne répondent que sur les lots techniques (électricité et génie climatique). Sur mon PC, je me suis entrainé à écrire en anglais pour décrire l’activité de GESYS et raconter ce que je faisais sur mes projets en particulier. Je me suis aussi mis à lire des articles de journaux en anglais. Ma plus grande crainte était de tomber sur quelqu’un que je ne comprendrais pas ou bien de faire d’énormes fautes d’anglais en parlant… Mais on verra bien, de toute façon je n’ai rien à perdre, et tout à gagner. J’ai du aller en ville m’acheter une paire de chaussure car finalement celle de Cédric ne m’allaient pas, mais je n’ai pas jugé nécessaire d’investir dans une veste.

Mercredi

Sahra m’avait demandé de passer à son bureau avant l’entretien chez ARUP pour me donner quelques derniers conseils. Heureusement, les bureaux de ARUP n’étaient qu’à deux blocs de chez Mickael Page. Elle m’a briefé sur les questions pièges, m’a conseiller de mettre en valeur mes expériences et m’a rappeler de parler haut et distinctement même si mon anglais est parfois incorrect, puis elle m’a souhaité un grand « good luck ! »

L’entretien chez ARUP a duré une heure et demi. Le chef du service des projets immobiliers et un ingénieur en HVAC m’ont accueilli dans une salle de réunion vitrée, au travers de laquelle je pouvais voir les ingénieurs travailler. Les bureaux étaient flambants neufs, magnifiquement décorés, et disposaient d’une vue magnifique sur le Darling Harbour de Sydney, du haut du 10ème étage. L’entretien a mal débuté, j’ai eu énormément de mal à parler anglais au début et je butais sur tous les mots. Au bout d’une interminable minute de cafouillages où je commençais à perdre pied, j’ai fini par me ressaisir et à faire sortir de vrais mots de ma bouche. J’ai alors expliqué mon parcours de formation même si mes interlocuteurs n’avait bien sûr jamais entendu parler de l’ENSAIS, l’école que où j’ai étudié en France. Ils m’ont expliqué en détail le poste et le projet sur lequel je serai amené à travailler si je dérochais le job. Il s’agit de participer au projet d’extension de l’aéroport de Brisbane, au sein d’une équipe pluridisciplinaire d’ingénieurs spécialisés. Je serai en appoint de l’ingénieur HVAC car celui-ci est tellement occupé par les réunions qu’il n’a plus le temps de s’occuper la conception. Le projet est très intéressant puisqu’il comprend la mise en place d’une centrale de trigénération qui alimentera l’extension du terminal. Ensuite l’ingénieur a du s’absenter et le chef du service m’a présenter en détail l’organisation du groupe, en insistant sur le fait que c’était une boite familiale en dépit de ses 10 000 employés au travers du monde, et sans actionnaires extérieurs. A la fin de l’entretien, il m’a dit que mon anglais était bon, et qu’il ne fallait pas m’en faire pour cela car il y avait déjà 15 nationalités différentes dans son service, dont un français d’ailleurs. Risquant de perpétuer l’image du français qui ne pense qu’aux vacances et au RTT, j’ai demandé s’il était possible de prendre plusieurs semaines de vacances en août, en prétextant que c’était pour accueillir ma famille. Il m’a répondu que ca ne devrait pas poser trop de problème, et que la plupart des employés avait l’habitude de prendre quatre semaines de congés pour rentrer en Europe. Avant de se quitter, le chef du service m’a expliqué qu’il devait s’entretenir avec l’ingénieur HVAC avant de prendre sa décision, mais que serait fixé lundi prochain au plus tard.

Je suis retourné voir Sarah à Mickael Page pour lui faire un compte rendu de l’entretien. Elle m’a dit que c’était un bon signe qu’il ait durée longtemps et qu’elle essaierait de se renseigner de son coté si j’avais fait une bonne impression.

 

Jeudi

Roseville n’est qu’à 20 minutes de train depuis la City. La Donnelley Simpson Clearly est installé dans cette petite bourgade tranquille, loin de la ville. L’un des quatre directeurs associés m’a accueilli à midi pile dans son bureau, pour ce qui tenait plus d’une discussion que d’un entretien formel. Il m’a présenté la société, constituée de 30 personnes, qui est décomposé entre les secteurs électricité et génie climatique. Ils possèdent également deux antennes à l’étranger, une à Hong Kong et une autre à Singapour. Je comprenais absolument tous ce qu’il me disait et il a trouvé que mon niveau d‘anglais devrait faire l’affaire. Choses amusante, en anglais, ingénieur en génie climatique se traduit par « Mechanical engineer », mais ca na rien à voir avec la mécanique comme je l’avais cru au début. La Donnelley Simpson Clearly travaille sur des projets très variés comme des chaines d’hôtels internationales (IBIS, Formule 1, Accord..), des hôpitaux, des universités, des maisons pour personnes âgées et des ensembles de logement. Les prestations s’étendent depuis la conception jusqu’au suivi de la réalisation, exactement comme à GESYS. Mon boulot serait d’aider les ingénieurs qui sont très chargés en ce moment. Je serai probablement amené à faire les calculs de charges climatiques à l’aide de leur logiciel, équivalent à notre CLIMAWIN en France. (Pour ceux qui connaissent) et à concevoir les schémas de principe. Bonne nouvelle, je pourrais disposer de mon mois d’août sans problème pour accueillir ma copine. Au bout de 20 minutes, le directeur à du me laisser et m’a expliquer qu’il ne voyait pas de problème à ce que je vienne travailler chez eux, mais qu’il devait en discuter avec ses associés. J’aurai une réponse lundi car demain est un jour férie en Australie, c’est le ANSAC DAY, en commémoration au vétéran de guerre. En sortant j’ai rappelé Sarah pour lui raconter comment ca s’était passé.

Dans le train, en rentrant, je ressentais un étrange sentiment, comme si j’étais sur le point de commencer une expérience extraordinaire, comme une sorte de deuxième vie et je m’étonnais moi-même avec la facilité avec laquelle j’avais pu décrocher ces deux entretiens, seulement deux semaines après mon arrivée. Pour l’instant, je respecte mon plan à la lettre, tout se passe comme prévu… Il ne me reste plus qu’à passer ce long week-end de trois jours avant de connaitre le verdict. Si ca ne donne rien… je passe au plan B et en route pour l’aventure…

Je suis rentré tôt dans l’après midi et j’ai fait un basket avec quelques amis avant d’être chassé du terrain par la pluie. Le temps devrait s’améliorer dans les prochains jours, de quoi profiter agréablement de la plage…



Etapes :
Sydney
Note: 4/5 - 1 vote(s).
Imprimer ce message

Syndication :
Par TMR
le 24/04/2008 à 18:40:41
Salut Damien,
Je suis désormais régulièrement ton parcours et j'espère que lundi sera un grand jour pour toi.

Ton expédition chez le coiffeur m'a bien fait sourire,peut-on avoir une image de ton nouveau LOOK ?

Je te souhaite un bon WE

Tchao man
Par Karine
le 25/04/2008 à 09:44:27
Salut Damien,

Voilà un plan qui se déroule sans accrocs!
C'est sympa de suivre ton parcours. Quel courage d'écrire des lignes et des lignes presque tous les jours!! En tout cas, merci pour nous, on garde le fil comme ça.
J'ai peut-être un plan pour le téléphone depuis la France vers l'Australie. Je verrai ça avec Aneliz.

Bisettes
Karine
Par Marie-Annick
le 25/04/2008 à 15:53:34
Ça m'épate que tu aies pu avoir un entretien en anglais et avec des australiens de surcroit!Le tract que tu as du avoir! Bravo en tout cas et .On attend le prochain épisode !grosses bises.
Par famille loyer
le 26/04/2008 à 23:04:42
Hello et bravo , nous sommes toujours ravis de suivre tes aventure et espèront que dans le prochain message tu auras l'embarras du choix entre deux postes
merci pour les photos de marsupial!
bises
Par ceux de la rue Gutenberg
le 29/04/2008 à 21:37:38


BON ANNIVERSAIRE BIGS BISOUS ET BONNE CONTINUATION DANS TON AVENTURE AUSTRALIENNE
Par bernard marche
le 30/04/2008 à 00:19:25
dommage on avait laissé un super truc, mais ca a merdé...
Par Cécile
le 01/05/2008 à 10:56:45
Salut et bon anniversaire ti-Damien!!!

Je suis fascinée par ton parcours.
C'est étrange et amusant de voir un visage heureux si famillier dans ces décors "exotiques"! Victor et moi n'allons pas tarder à se rapprocher de toi mais de nombreux kilometres nous séparent de la Mongolie.

Tu as vraiment bien préparé ce voyage! A voir ton parcours, je suis bien rassurée sur ton sort. Quelle chance de trouver un job exactement dans ton secteur... Bravo!!!!
Bon courage pour ton 1er jour de taf.
Bises

Cécile

Laisser un commentaire

Damien JOLLY

Note: 4,1/5 - 35 vote(s).

Dans ce carnet

Connection

Newsletter / Suivi

Powered by
Kikooboo.com
(Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage)