Road trip - 8 aout - Surfer Paradise

l
23/10/2008 - Pays : Australie - Imprimer ce message Syndication :

Vendredi 8 aout –Surfer Paradise (0 km)

Tôt ce matin, nous avons décollé de l’endroit où nous avions passé la nuit, qui s’était finalement très bien passée. L’impasse est restée très calme jusqu’à 5 heures du mat’ quand les camions poubelles sont venus nous déranger pour la tournée, et comme si le bruit du moteur et des bennes ne suffisait pas, les éboueurs ont pris un malin plaisir je pense à lentement vider le conteneur de bouteille à recyclée. Après une rapide inspection du moteur nous sommes sortis de notre coin et nous avons pris la direction de Surfer Paradise. L’autoroute déserte que nous avons prise la veille était maintenant très chargée ! En ce vendredi matin, les gens quittaient leurs banlieues pour aller travailler en ville, dans les hôtels, les magasins et les parcs d’attractions. Je suppose que quasi-majorité des habitants de Surfer doit certainement travailler dans le secteur touristique pour accueillir la masse de touristes qui inonde chaque jour ce Mami beach de l’Hémisphère sud. Au bout de vingt minutes de trajet au milieu des voitures break et des immenses 4x4 parmi lesquels notre van faisait son petit effet, nous sommes arrivés devant le camping. Nous avons pris un emplacement sans électricité pour 21 $ la nuit. Le camping n’étant pas plein, ils ne nous on pas embêté pour le fait que nous  nous sommes installés avant dix heures.

Le camping occupait un petit terrain au pied des buildings-hôtels immenses, bordé par la route qui longe la plage. L’hôtel était occupé en majorité par des couples de vieux retraités australiens, bronzés par le soleil, qui étaient tous déjà debout malgré l’heure matinale, et semblaient affairés à toute les sortes de taches d’entretien qui fait le quotidien des retraités. Certain dépoussiéraient leur tapis de sol de leur caravane ultra équipée, d’autres allaient faire la vaisselle du petit déjeuner, d’autres encore remplissait l’arrière de leur pick-up géants de matériel de pêche et de cannes à pêches de trois mètre de long, une vieille grand-mère man½uvrait même un 4x4 en marche arrière qui poussait un yatch de 15 m de long dans les allées encombrée de vieux se dirigeant vers le sanitaire pour la toilette ! Un vrai petit village-club vacances pour troisième âge actifs ! Le niveau d’équipement du camping valait presque celui des caravanes modernes qu’il accueillait. A l‘entrée se trouvait une petite piscine pour les enfants, et juste à coté le traditionnel coin barbecue. Au centre du complexe un long bâtiment neuf abritait les sanitaires… très propres, aux quatre coins du domaine se trouvaient de mini blocs sanitaires chacun annexés d’un petit coin cuisine équipé de plaques chauffantes, d’un micro onde, d’un chauffe eau pour le thé/café et d’un toaster !! Le pied !!

On a garé le van sur un petit emplacement réservé au campervan, à proximité du coin cuisine. Une fois correctement installé, ce qui ne nous a pas pris plus de deux minutes… le temps de mettre un minimum d’ordre sur la plage arrière, Anéliz et moi nous sommes précipités à la douche !! Ahh ! Quel bonheur de jouir d’une bonne douche chaude revigorante ! Nous avions eu même le luxe de profiter de la musique qui était diffusée dans les sanitaires, un douche avec Breakfast in America, quel pied ! Après ce moment de simple mais pur bonheur, nous avons profité de la cuisine pour avaler un petit déjeuner tous les rayons du soleil qui commençait à monter dans le ciel, il était temps pour nous de visiter plus en profondeur cet étrange citée qu’est Surfer Paradise. Anéliz avait récolté une poignée de flyers pour nous concocter un petit programme. J’avais en tête de prendre un cours de surf, après tout, quel meilleur endroit que SURFER PARADISE pour faire ses premier pas sur une planche !! Le camping offrait également des réductions pour certains parcs d’attraction. Il y avait Sea world : un parc sur la vie marine avec show de dauphins et d’orques, Movie world : un parc sur le thème des films de la Warner, une multitude de parcs aquatiques… Nous nous sommes décidés à nous offrir le luxe de visiter Movie World prévue le lendemain.

Nous avons donc parcouru les 3 Km qui nous séparait du centre ville en longeant la large plage de sable jaune bordée d’hôtels et d’appartement de haut standing. La plage était balayée par de belles vagues, ni trop grosses ni trop petites… en somme parfaites pour débuter le surf ! Le soleil commençait à taper vraiment fort et nous avons sortis les tubes de crème solaire ! Le soleil tapait tellement fort qu’Anéliz préferait revenir à l’ombre et nous avons donc longé la plage en suivant un chemin situé à l’ombre. L’agréable marche nous à mené en villes, ou les buildings étaient encore plus hauts ! Le centre ville était déjà animé à cette heure. Nous avons commencé par booker pour le cours de surf, qui était programmé à 2h l’après midi. Aneliz, qui n’était pas trop partante pour se affronter les vagues, préférait attendre une autre occasion pour utiliser le budget loisir. C’était une école de surf que nous avions choisi au hasard parmi la multitude d’école qui chacune se vantaient d’être la plus efficace et sérieuse de toute l’Australie ! La matinée a été ensuite consacrée au shopping, à la visite des nombreux centres commerciaux et magasins, et à un tour en ville. Le centre ville n’est pas vraiment très grand, l’hyper centre est constituée de très hauts buildings mais très vite la hauteur des bâtiments diminue et  laisse place à de nombreux quartiers résidentiels de luxe, construits sur des îlots artificiels de la baie qui s’avançait profondément à l’intérieur des terres. Le midi, nous avons mangé une mini pizza chacun sur la plage animée de surfer. Puis nous nous sommes pointés au rendez-vous à l’école de surf, située à coté de la plage.

J’ai enfilé une combinaison qui rendait la chaleur de l’après midi encore plus étouffante, puis je me suis badigeonné de crème solaire puissance 40 que fournissait le club. Nous étions un groupe mixte d’une quinzaine d’apprentis surfeurs à présent réunis autour de nos deux instructeurs. Le premier était un assez baraqué et avait une bouille sympathique tandis que l’autre était l’archétype parfait du surfeur ! Sa combinaison haut de gamme moulante laissait deviner un corps bien taillé et intensément bronzé et il était coiffé d’une touffe de cheveux blonde ébouriffée, qui faisait baver les filles du groupe. Après un petit speech de présentation du cours, chacun s’est vu remettre une planche. Les planches fournies étaient des planches pour débutants, très grandes et larges taillée dans une sorte de mousse dense bleue et le bout était équipé de trois petits ailerons en plastique semi-rigide. Pendant ce temps là, Anéliz était restée à mes cotés et prenait des photos de moi. Bon, c’est vrai - je l’avoue- je me la pétais un peu avec ma planche et ma combinaison!!

Les instructeurs nous ont réunis sur le sable, de chaque coté s’étendait la plage à perte de vue, derrière nous les buildings semblait veiller sur l’Océan, qui lui s’étendant à l’infini. Nous nous sommes positionnés autour des instructeurs, chacun avec notre planche et ils nous ont appris les bases du surf, comment se positionner, où placer le poids pour choper les vagues... Puis notre groupe est retourné dans l’eau pour mettre en pratique ce que nous avions tout récemment appris. J’ai réussi à prendre quelques vagues mais je restais à genoux sur la planche, tout en gérant l’équilibre pour choper les vagues et pour tourner. 20 min. plus tard nous avons de nouveau été réunis sur la plage pour une nouvelle session théorique où les instructeurs nous ont expliqué puis montré quel mouvement effectuer pour se mettre debout sur la planche. Chacun notre tour, nous devions nous mettre debout, les pieds correctement placés, ce qui ne semble pas si difficile, du moins tant qu’on reste sur le sable !! De retour au milieu des vagues, luttant contre le courant qui nous faisait dériver, je me suis exercé à me hisser debout ! Là, je peux vous dire que ca n’est pas évident ! Après avoir ramé de toutes mes forces pour prendre la vague, je mettais tout mon poids sur l’avant pour prendre de la vitesse puis je m’aidais de mes bras pour me ramener au milieu de la planche tout en me tentant de me mettre sur mes deux pieds… Bon ce n’est pas évident ! Les premières tentatives se sont achevées très vite par de splendides plongeons la tête la première dans l’écume, où dans le sable quand j’avais moins de chance, ou de lamentable figures qui avait au moins l’intérêt d’amuser les gens qui nous regardait depuis la plage. Aneliz tentait de capter avec l’appareil photo le moment où je finirais enfin à tenir quelques secondes debout. Finalement après une dizaine de chutes, quelques collisions évitées de justesse avec les surfeurs débutants aussi maladroits que moi, j’ai enfin réussi à tenir quelques secondes debout ! Et alors la les sensations sont terribles !!! On sent toute la puissance de l’Océan qui nous porte, nous pousse vers le rivage ! Une fois le ride terminé, même de 4 secondes, on a qu’une seule envie, se précipiter dans l’eau et recommencer !! Je m’amusais comme un fou, ignorant la fatigue et les écorchures sur mes bras à force de me hisser sur la planche Les deux heures se sont terminées trop tôt à mon gout ! Et il m’a fallut rendre à contre c½ur la planche !! Après cet exercice, j’étais vraiment fatigué, mais heureux d’avoir essayé le surf, en m’imaginant déjà me lever à 5 heures du mat pour surfer à Bondi Beach dès mon retour à Sydney.

Anéliz et moi avons passé le fin de la journée à nous promener dans Surfers Paradise, manger des milkshake délicieux, regarder les spectacles de rue, flâner dans les boutiques de surf et de souvenir, les marchés de plein air, puis nous sommes rentrés au camping par la promenade qui longeait la cote.

Il faisait nuit en arrivant au camping et j’avoue que j’étais bien content de rentrer tellement j’étais fatigué. Nous avons mangé du riz agrémenter de chili con carne en boite, recharger les batteries des portable et du laptop. J’ai ensuite été acheté à l’accueil deux billets pour Movie World.

Demain nous profiterons d’abord d’être au camping pour savourer une douche (on ne sait pas quand sera la prochaine !), puis à 10 heures nous allons à Movie World pour une journée détente.

Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message

Syndication :

Damien JOLLY

Note: 4,1/5 - 35 vote(s).

Dans ce carnet

Connection

Newsletter / Suivi

Powered by
Kikooboo.com
(Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage)