Les Week end en Australie

l
25/05/2008 - Pays : Australie - Imprimer ce message Syndication :

WE du 16 & 17 mai 2008 – journée dans la baie de Sydney soirée d’au revoir

Enfin le week-end, quel bonheur !! Vendredi soir, en rentrant du boulot, comme d’habitude l’hôtel organisait le barbecue à 7h00. Tout le monde se retrouve alors dans la cour pour déguster un hamburger et une bière (5$ seulement). Puis à 9h30, c’était soirée à l’Empire. Le bar boite de Darlingurst Street est une vraie institution ici ! Chaque vendredi soir tout le monde se retrouve et se lâche en boite, on fête la fin de la semaine en dansant et en buvant des bières et les fameuses vodka redbull gratuites !! Les nouveaux venus de l’hôtel viennent pour faire plus ample connaissance, ce qui permet de se familiariser avec les nouvelles têtes et les nouveaux noms. Les anciens se retrouvent car parfois il est difficile de se croiser dans la semaine quand tout le monde travaille à des horaires différents.

Samedi après midi je suis allé faire un tour près d’Elisabeth Bay. C’est l’une des nombreuses petites baies qui forment l’immense baie de Port Jackson, qui peut accueillir un total de 10 000 bateaux. J’avais dans l’idée d’aller me renseigner dans un Yatch Club pour voir s’il était possible de faire de la voile. D’abord pour savoir si des cours de voile y étaient donnés puis pour savoir s’il y avait des bons plans pour embarquer sur des voiliers qui cherchent des équipiers. J’ai pris le métro pour me rendre à Edgecliff. En sortant de la station je ne savais pas vraiment où me diriger, vu que le plan que j’avais s’arrêtait juste avant. J’ai décidé de suivre mon sens de l’orientation qui ne me déçoit presque jamais. Je me suis donc enfoncer dans les larges rues de ce quartier résidentiel, plutôt bourgeois à en voir les magnifiques baraques. Au détour, d’une rue, entre deux immenses bâtisses, j’ai pu apercevoir la splendide vue de l’opéra et du Harbour Bridge dont les habitants de ces merveilleuses propriétés jouissaient tous les matins en prenant leur breakfast. En empruntant les petites ruelles qui descendaient vers le rivage, je me disais qu’un petit appartement avec vue sur la baie ne me déplairait pas... J’ai enfin atteint le rivage et me suis dirigé vers les pontons d’où les plaisanciers déchargeaient leurs voiliers. Plus loin un attroupement de voileux buvaient leur bière en se racontant probablement les anecdotes de voile de la journée.

Au bout de 5 minutes de marche dans un petit parc, je suis tombé sur une petite boutique qui proposait des cours de voile. Je suis rentré et une jeune femme m’a gentiment renseigner sur les possibilités de cours. Je lui expliqué que j’avais déjà fait quelques croisière et une régate, mais que j’aimerai bien continuer à pratiquer. Elle m’a proposé une multitude de cours classés par niveau, dont un en particulier qui m’intéressait (sur la maitrise du spinnaker) mais quand j’ai vu les prix j’ai compris que ca ne servait à rien d’espérer ! A 680 $ les quatre heures de cours… « Sorry, ce n’est pas dans mon budget », lui ai-je expliqué. Elle à quand même tenu à me refiler ses brochures, dont une était utile puisqu’on y voyait un dessin d’un voilier avec les termes marin en anglais. Certains ressemblent à ceux employés en France, mais la plupart m’étaient totalement inconnus….

J’ai continué mon chemin jusqu’à trouver le Yatch Club. A l’accueil, un vieux bonhomme, avec une moustache épaisse et un visage rondouillard m’a lancé la traditionnelle formule : « How is it doing ? ». A chaque fois je réponds par un « I’m fine » ou « i’m allright » mais je ne sais jamais si il faut répliquer pour savoir si mon interlocuteur va bien ou pas. Exactement partout, dans les restaurants, les boutiques, au bureau, au guichet du métro, les gens vous adressent un beau sourire et posent cette question qui me met dans l’embarras. J’ai parfois l’impression que certains attendent quelque chose en retour. En fait je me suis renseigné et on n’est pas obligé de répondre, ou de reposer la question. Mais c’est quand même mieux de le faire afin d’éviter de passer pour un impoli. Bref, j’ai donc demandé à notre gentil bonhomme comment il allait. (Bon, il allait très bien en fait…) Puis j’ai enchainé en lui demandant s’il était possible de prendre des cours et pratiquer de la voile … et si possible sans dépenser mon salaire hebdomadaire ! Il a commencé à m’indiquer deux centres de voile où les cours sont moins chers. Puis il m’a demandé quel était mon niveau. Je lui ai difficilement expliqué en anglais que j’avais fais deux croisières et 15 jours en Grèce et aux Caraïbes, un an de voile, des stages et une semaine de régate en France. Vu que je ne savais plus comment dire croisière, régate et cours de voile, je vous explique pas comment j’ai galéré à me faire comprendre, d’autant plus qu’après avoir écouté mon discours apocalyptique rythmé par de grotesques gesticulations de la main, il m’a dit : « Bon, tu peux parler français maintenant, je m’appelle Roger et toi ? » Putain il s’est bien foutu de moi !! Bon, en fait il était très sympa et on a bien discuté. Il m’a donné un bon tuyau pour participer à des régates. Il faut se pointer le dimanche matin et inscrire son nom sur un tableau. Il y a beaucoup de gens qui possèdent un bateau et cherche des équipiers pour manœuvrer pendant les courses. Bon je n’ai pas un niveau top en régate et je redoute les manœuvres de Spi qui sont cruciales en course. Roger m’a dit que le niveau n’était pas forcement élevé. Je me suis donc promis de venir essayer une régate ces prochains jours. Après l’avoir remercié, (sans rancune Roger) j’ai donc dis au revoir à mon ami pour continuer un peu mon petit tour dans la marina. Il y a avait pas mal de bateaux aux pontons et encore plus aux points de mouillage. Ca me donnait franchement envie de monter sur l’un d’eu et d’explorer la baie ! Ensuite je suis rentré à l’hôtel.

Le soir nous avons fêté le départ de Peppe. Ca se prononce « Pépeur », c’est un suédois très sympa que tout le monde connaissait ici et appréciait vraiment. Il s’occupait de la réception et aujourd’hui était sa dernière soirée en Australie avant de rentrer au pays. C’était aussi le petit ami de Marie, une française avec qui j’ai sympathisé. On s’est tous rassemblés ans la TV room ou on lui a fait un triomphe, avant de lui donner un cadeau avec une photo de tous le group devant l’hôtel. Il était ému ! Puis on a passé la soirée entière un parler, écouté la musique de nos deux guitariste pro en chantant joyeusement les tube des Kooks, Oasis, Nirvana que tous le monde connait !! C’était franchement une de mes meilleures soirées depuis mon arrivé !

Dimanche, après le départ de Pepe, je suis allé me promener avec des amis sur la baie de Sydney. Le temps impeccable était propice à une excursion des quartiers nord de Sydney. Après une splendide traversé qui n’a duré que dix minutes, le ferry nous à déposé de l’autre coté de la city, dans un quartier tranquille, mais pourtant si proche du centre que l’on voyait parfaitement la skyline et le majestueux pont de Harbor Bridge. Nous avons marché le long du sentier qui longe la baie et mitraillé l’Opéra House avec nos appareils photo. Les baraques ici étaient encore plus belles que celle que j’avais pu admirer hier. Nous avons suivi le sentier jusqu’à atteindre le fond de la crique, où de somptueux bateaux mouillaient dans une eau claire et calme. Le coin était d’une beauté stupéfiante et d’une sérénité paradisiaque, on avait envie d’y vivre tellement l’atmosphère était reposante. Mais je doute que les prix de ces maisons soient reposants pour le compte en banque. Sydney est une des villes les plus chère au monde pour le logement, classé 17ème . Et c’est vrai que la qualité de vie de ces quartiers chics au bord de l’eau, à deux pas des buildings du centre ville, offrent un havre de paix incomparable par rapport les autres capitales de monde !

Ensuite nous avons repris le ferry jusqu’au parc national où est implanté l’un des deux zoos de la ville. Il était trop tard pour le visiter donc nous nous sommes baladés dans le parc. On a découvert une petite plage de sable qui doit être bien agréable durant les chaudes journées d’été. Le coin était plutôt désert et nous nous sentions un peu comme dans le bush car le parc est vraiment resté à l’état sauvage. La suite de la balade à du être écourtée car le dernier ferry était à 17h30 et nous n’avions pas envie d’être coincé de ce coté de la baie, même si l’endroit était vraiment charmant.

Après cette chouette journée, de retour à l’hôtel, je me suis mis sur internet pour écrire mes mails puis nous avons regardé un film dans la chambre. Et oui, demain c’est le boulot qui recommence !

 

Note: 4/5 - 1 vote(s).
Imprimer ce message

Syndication :
Par Claude M.
le 26/05/2008 à 21:40:48
Annick m'avait tenu informé du déroulement de ton périple; j'ai lu tout ce qui est sur ton blog à la suite,comme un bouquin; passionnant et "rajeunissant". Bravo d'avoir osé cette aventure! Au fait ,est- ce en regardant en haut des arbres qu'on peut apercevoir les kangourous?
Par Damien
le 27/05/2008 à 04:51:06
Tiens Tiens, je viens de decouvrir que je pouvais repondre aux commentaires, c`est genial, ca! Alors tonton, comme cela on fait des privates joke sur mon blog ;-) bah non voyons! Les kangourous ca ne vit pas dans les arbres c`est seulememt les chevreuils!! Tu te plairait ici y a beaucoup de gibier dans le bush, il parait que le steak de kangourou sauvage est delicieux. Faut que je goute. Content que tu apprecies de lire mes posts, ca me fais plaisir. je suis un peu triste maintenant que je travaille j`ai moins de chose a raconter. J`espere que tout va bien et que vous profitez agreablement de votre salle de reception avec ses trente chaises. (je me rappelle encore la tete du vendeur de IKEA qund on lui a demande si il lui restait 30 chaises en stock:-) Gros bisous a tous le monde !!

Laisser un commentaire

Damien JOLLY

Note: 4,1/5 - 35 vote(s).

Dans ce carnet

Connection

Newsletter / Suivi

Powered by
Kikooboo.com
(Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage)