6 & 7ième jour en Australie - A la recherche d`un van

l
13/04/2008 - Pays : Australie - Imprimer ce message Syndication :

Ces deux derniers jours n’ont pas été très riches en nouveautés. Durant ce Week End, je suis retourné à Coogee Beach pour voir le van de Anne, je suis allé faire une tour au Car Market le dimanche matin et je me suis promené avec le groupe de français de l’auberge au Paddy’s Market de Sydney.

Je suis donc retourné à Coogee samedi après midi. Cette fois ci, j’ai pu retrouver facilement Anne sur le bord de la plage. Elle m’a amenée jusqu’au parking où son van était garé. Elle m’a expliqué qu’elle était obligée de changer d’emplacement tous les quatre jours car la police vérifie les véhicules stationnés depuis longtemps en marquant les pneus avec de la craie.

Le van de Anne est un bon vieux van Wolksvagen de hippie comme on les aime, à la seule exception qu’il manquait la fresque de fleurs multicolores peinte sur la carrosserie. Celui là était tout blanc. De loin on aurait dit une camionnette utilitaire un peu vieillissante. En s’approchant, on devine qu’il y a de la vie la dedans ! Le van possède deux places à l’avant. La place du chauffeur, à gauche, et munie d’un manche pour passer les vitesses aussi long qu’un manche parapluie. La cabine est assez restreinte mais semble posséder tout le confort élémentaire aux longs voyage dont l’indispensable auto radio à cassette. L’arrière du van, dont on accède sur le coté par une porte coulissante, est bien plus grand. Il est aménagé avec un grand matelas surélevé de 40 cm environ du plancher, reposant sur une structure en bois réalisation maison. Une petite commode a été placée entre les sièges et le lit. Les vitres sont toutes équipées de rideaux coulissants de manière à créer l’intimité nécessaire pour la nuit  et . Un grand filet est tendu au plafond permettant de stocker des affaires et faire sécher les serviettes. Sous le lit, l’espace de stockage est suffisant pour entreposer les affaires de deux personnes et le matériel nécessaire au voyage itinérant qui était Inclus dans le prix du van. On y trouve une tente, le matériel de cuisine avec le réchaud à gaz, une glacière (ou Isky) un bidon de 20 L pour stocker l’eau potable, un jerrican de 10 L pour l’essence, une planche de body surf, tous le nécessaire de cuisine (ustensiles, poêle, casseroles, couverts...) et des paniers pour stocker la nourriture. Bref de quoi être préparé pour la traversée de l’Australie, mais peut être pas le désert. J’ai demandé à jeté un œil au moteur, situé à l’arrière sous le matelas. Bon, c’était surtout histoire de dire : Je suis un mec donc je m’y connais un peu en mécanique. Toujours est il qu’il était plutôt propre, mais je n’ai pas été jusqu’à démonter les bougies ou vérifier les niveaux d’huile. En tout cas, vu le temps qu’elle a mis pour comprendre comment soulever la tôle qui cachait le moteur, je pense qu’elle n’a pas du le regarder du tout en l’achetant. Le véhicule tourne à l’essence, qui vaut entre 1,5 à 2 $ le litre selon la région, soit 40% moins cher qu’en France. Il n’y a pas la climatisation, donc il faut s’attendre rouler les vitres grandes ouvertes quand on traverse le désert. Anne à nomé son van CASABLANCA, à cause de la couleur. Globalement, le véhicule à l’air en bon état même si les cadres de portières sont un peu rouillés et le parchoc froissé par endroit. Mais le plus délicat c’est la mécanique. Comment savoir si les freins ne sont pas trop usés, la boite de vitesse en bon état et que le moteur ne va pas lâcher au bout des 50 premiers kilomètres !!

Une fois le tour du van terminé, Anne m’a expliqué les aspects administratifs. Elle m’a d’abord expliqué ce que les Australiens nomment le REGO. Il s’agit de l’équivalent de la vignette. C’est un autocollant que tous les véhicules doivent posséder sur leur pare brise, et sur lequel figure une date de limite de validité. Ensuite l’immatriculation du véhicule est rattachée à son propriétaire par un nom et une adresse. Lors d’un achat, le véhicule change donc de main et le dossier doit être mis à jour auprès du bureau des immatriculations de l’état dans lequel il est enregistré. D’autre part, chaque vendeur doit être en mesure de présenter à l’acheteur un certificat de sécurité appelé le Worthly Security Certificate. Il s’agit d’une sorte de contrôle technique que le véhicule doit passer avec succès, dans n’importe quel garage. Ce certificat porte essentiellement sur la sécurité, c'est-à-dire les freins, l’usure des pneus, les clignotants…mais ne garantie pas l’état de fonctionnement du véhicule.

Jusque là ca n’est pas compliqué, il suffit de trouver un véhicule avec un certificat de sécurité passé avec brio, avec un REGO encore valide le plus longtemps possible et de changer le nom du propriétaire. Là où acheter un véhicule d’occasion devient difficile c’est lorsque celui-ci est enregistré dans un autre état. Par exemple, si j’achète un véhicule à Sydney, dans le new south wales immatriculé dans le Queensland, je dois me rendre sous quatorze jours dans le Queensland pour faire le changement d’immatriculation. Et dans cet état, histoire de compliquer les choses, la durée de validité du REGO n’est pas d’un an mais de six mois et le Worthly Security Certificate est valable un an au lieu de 3 mois dans le NSW ! Et bien sûr on trouve à Sydney des véhicules de tous les états du pays, qui ont commencé leur voyage depuis l’autre bout de l’Australie…

En plus de tout cela, il faut souscrire une assurance obligatoire, parfois compris dans l’achat de la vigniette, et d’une assurance privée qui vaut environ 800 $ pour un an, qui couvre son véhicule et soi même en cas d’accident.

Bref, la réglementation australienne est bien compliquée. Après avoir remercié Anne, je suis rentré chez moi la tête remplie d’information! En vérifiant mes mails le soir, j’ai eu l’agréable surprise de recevoir un e-mail d’une certaine Sarha Moyles, de la société de recrutement Mickael Page International. Cette femme voulait me voir, après avoir étudié mon CV que j’avais posté à tout hasard sur internet, en répondant sur une annonce d’ingénieur en climatisation. J’ai rappeler cette Miss Moyles au téléphone et nous avons convenu d’une rendez vous ans son bureau à 11 heures lundi matin. On verra bien ce que ca va donner.

Le lendemain, je suis allé au Car Market, situé à Kings Cross donc vraiment tout prêt de l’auberge. J’étais accompagné de Mariele, la québécoise, qui était également intéressée par l’achat d’un van. Le Car Market de Sydney est situé au quatrième sous sol d’un parking souterrain. Une partie du niveau est réservée à l’exposition de véhicules de tout genre, principalement des vans, ou des stations wagon. Les stations wagon sont des voitures super break disposant d’un grand coffre à l’arrière, qui se transforme en banquette. Il y avait 6 vans et 5 stations wagon à vendre. A coté, leurs propriétaires attendaient désespérément que quelqu’un se décide à acheter leur voiture. C’est vrai que de passer sa dernière semaine en Oz enfermé dans un souterrain tout en stressant toute la journée pour vendre son véhicule n’a absolument rien de réjouissant, surtout quand il fait magnifiquement beau dehors !! Parmi les vans à vendre, on trouvait principalement des marques comme TOYOTA, MITCHUBICHI, ou FORD ? Certain étaient à quatre roues motrices, d’autres décorés et tagués avec gout. Nous avons discuté avec un couple d’allemand qui avait terminé leur voyage et cherchait à vendre leur véhicule pour 3 900 $. Il avait l’air plutôt en bon état et était assez grand, avec tout le matériel qui faut, y compris la tente. Le problème était que les allemands avaient littéralement défiguré ce pauvre camion en le recouvrant de dessins de fleurs et de joyeuses coccinelles à peu près aussi bien dessinés qu’une fresque accrochée que le mur d’une école maternelle ! Un autre vendeur vendait sa planche de surf avec le van. Sur le pare brise de chaque véhicule figurait une pancarte rappelant le kilométrage, le durée de validité du REGO, l’âge du véhicule et si le Worthly Security Certificate était OK. Les prix s’échelonnait de 3 000 $ à 5 500 $ mais était plutôt à la baisse, étant donné que la demande est faible en cette période de l’année.

Voilà pour cette première visite du car market, j’y retournerai quelques jour plus tard pour voir si les vans partent vite et si les prix bougent…

 

Le dimanche, nous sommes allé visiter le Paddy’s Market de Sydney. C’est une grande bâtisse en plein centre ville qui renferme un nombre impressionnant de stand en tout genre, et un marché au fruit et légumes. L’animation était à son comble. J’étais avec Cédric, Mariele, Marie et Aurélie. Nous avons déambulé entre les stands qui proposaient des didgiridoos, des boomerangs, des fringues, des bibelots et même des chapeaux de crocodile dundee… Nous sommes allés ensuite au marché aux fruits et légumes où j’ai acheté des bananes et des pommes.

Demain je dois me lever tôt pour me rendre à mon entretien chez Mickael Page… J’espère que ca va bien se passer.



Etapes :
Sydney
Note: 4/5 - 2 vote(s).
Imprimer ce message

Syndication :

Damien JOLLY

Note: 4,1/5 - 35 vote(s).

Dans ce carnet

Connection

Newsletter / Suivi

Powered by
Kikooboo.com
(Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage)